Iles postexotiques

Le 2 juin
Article paru sur les îles, des archipels en lutte dont la nouvelle traverse les frontières de la Métropole.
5 mai 2014
Les îles ont pris corps grâce à la présence, aux mains, aux yeux, au support matériel des personnes proches qui les ont rejointes, rencontrées, mises en question, aimées.
IMG_2003 IMG_2008 IMG_2012 IMG_2017 IMG_2020 IMG_2021 IMG_2025 IMG_2033
IMG_2041 IMG_2048 IMG_2051 IMG_2061 IMG_2063 IMG_2069 IMG_2071 IMG_2072 IMG_2074 IMG_2080
25 avril
Un extrait d’une interview en espagnol sur le projet des îles postexotiques:
striscealate
22 avril
Le Shakirail n’est pas un lieu de politique partitique et les personnes qui le gèrent ne le définirait anticapitaliste: les pratiques de création partagée, de vie commune, de solidarité ou de proximité en font un espace d’expérimentation et de résistance.
“Nous tous, à Paris, serions des îles éparpillées si nous ne nous organisions en archipels” raconte Marie.
-“Ce que j’aime des îles est l’idée d’indépendance qu’elles communiquent”
“Mais ce n’est pas l’indépendance le principe même du capitalisme?”
-“Mettre les îles en relation à l’indépendance signifie reconnaître la force que chaque colonie a pour s’émanciper de la métropole”
IMG_0817 IMG_0821 IMG_0858IMG_0812

 

Qui trouve ?

En fixant les dentelles vertes, les cotons bleus clairs et les satins bleus avec les épingles, nous avons la sensation de tremper les mains dans l’eau tout le temps.

Kiarù prend un kimono de soie noire avec les poignets bleus. C’est très beau, style oriental. Nous l’avons trouvé dans un sac de vêtements que nous a offert une copine.

“Est-ce que je découpe les poignets pour coudre la mer?”

“Tu peux utiliser les parties noires.”

“Ah oui, parfois la mer est noire quand au fond il y a beaucoup d’algues.”

“Ou à cause du pétrole”.

2

Une vision postexotique rend visible le conflit avec l’idée que l’île soit un lieu vierge ou irrémédiablement violé. L’île inconnue, découverte, abandonnée, déserte, sauvage, hyper dangereuse et paradisiaque à la fois n’existe plus, et sans doute elle n’a jamais existé comme les touristes, les entrepreneurs, les anthropologue, les écrivains et les artistes ont rêvé et rêvent d’elles.

Chercher un lieu autre où reproduire le sien, chercher un port loin pour se sauver, ou bien une culture autre, une plage où s’oublier – en oubliant sa propre histoire et son propre quotidien – correspondent à une vision exotique où la déresponsabilisation est permise parce que les mondes sont considérés comme séparés.

1

 

Essayer l’archipel

Les fonds des îles se sont élargis sur le sol de l’atelier comme s’ils étaient liquides. Comme le sang dans l’eau. Dans nos histoires il y a des corps dans la mer, dispersés, outre mer. Exodés, internés, menacés, émigrés. A la base il y a un dépôt de violence, tous les degrés et les nuances de la violence.

Le rouge nous est familier. Nous cousons ce qui nous coule dans les veines. Toutes les coupes et les coutures ont créent des liens qui ne sont plus de “sang” et qui ne le deviendront.  Nous essayons de composer une forme de vie collective et publique.

Cela signifie essayer l’archipel.

K. nous a dit que parier seulement sur les différences de chacune ne suffit pas.

18 avril 2014

6 4

3

Le fond rouge des îles

Aux free shops des squats et grâce à des copines qui aviez gardé pour nous des vêtements qu’elles n’utilisaient plus,nous avons récupéré des sacs de chemises, des jupes et des t-shirts pour le fond des îles. Nous avons recoupé les tissus. Les ciseaux touchaient la poussière, les taches de saleté, de graisse et de vernis, les auréoles de transpiration. Vesna voulait faire un tri, n’utiliser que les parties propres, belles et parfumés.

« Imagine que c’est la sueur de quelqu’un qui a baisé pendant toute la nuit ! »

Elle voulait aussi épargner les robes de chambre de soie rouge, et surtout les pulls qui semblaient nouveaux, chauds. Ici il fait encore trop froid.

Enfin, nous avons décidé de tout utiliser.

Nous avons disposé les bouts de tissu selon les formes, les décolletés, les manches, les cols, les entrejambes, les boutons, les étiquettes décolorées : made in turkey, h&m, zara, petit bateau, made in china, made in bangladesh, superwax holland.Nous n’avions pas de modèle à copier et à réaliser. Les îles doivent être imaginaires, elles doivent avoir la forme de nos rêves. Le seul critère de la composition était la couleur : le rouge et toutes ses nuances. En regardant le fond de la première île, nous nous somme rendu compte du fait que nous avions disposé les tissus de façon très régulière, en suivant les lignes et les angles droits. Cette division si nette des territoires n’était pas une image nouvelle. Elle nous rappelait la carte géographique de l’Afrique dessinée par les colonialismes européens.

Les îles ont les côtes bien découpées.

15 avril 2014, Shakirail

1 3 4 5 6 7

Journal de bord, 14 avril 2014

Nous arrivons à rue des Poissonniers chez Annarita et nous voyons que l’exotique est partout dans le quartier. C’est aussi quelque chose d’autre de ce que nous pensions. Ce n’est pas seulement une dimension de l’imaginaire ou un genre de représentation. Produits exotiques, produits orientaux, nourriture, poissons et cosmétiques.

Il faut partir de ce que nous voyons. Eden shop, Haiti exotique, Exo Sympa, Exotique Merveilles d’Afrique Spécialités africaines, Alimentation afro-exotique, Élégance exotique, le Pays où coulent le lait e le miel.

Exotique et oriental sont deux catégories du commerce qui définissent la circulation des objets, souvenirs et saveurs. Exotique est tout ce que vient des territoires entre le tropique du capricorne et le tropique du cancer. Exo: au dehors, exotique: tout ce qui vient d’ailleurs.

Jusqu’à ce que nous avons rencontré un commerçant turc et son magasin. Exotique: bananes planta, manioc, gombo, poissons congelés, riz parfumé, gingembre, mango, nestlè nido, thé africain. Exotique n’est pas proprement quelque chose qui naît et pousse dans un lieu géographique ou naturel spécifique. Ce terme décrit plutôt une économie et une forme de consommation et nous projette immédiatement dans des relations néocapitalistes. Nestlè Nido rentre parmi les produits exotique, comme les cubes Maggi: nos saveurs ont des racines (pub).

3

 

4 avril 2014

Présentation de l’installation “Des archipels en lutte: les îles postexotiques”  dans le cours de Cristina Castellano

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

INSTALLATION ILES POSTEXOTIQUES:  descriptif du projet

Bâtiment B2SAMSUNG CAMERA PICTURES

Des archipels en lutte : réfléchir sur les pratiques de production des savoirs en situation diasporique

Nos séjours à Paris et nos expériences de formation et de recherche au Centre d’Etudes Féminines et d’Etudes de Genre à Paris 8 ont marqué une étape des nos vies en déplacement. Cela a signifié repenser nos propres subjectivités à travers une institution française, son histoire, son apparat/appareil intellectuel et philosophique national mais aussi grâce aux rencontres variées avec les personnes qui, depuis partout, fréquentent le Centre. On a vécu la tension entre Paris en tant que capitale mondiale de la Culture et les revendications postcoloniales des savoirs, entre un centre de production intellectuelle et les traditions périphériques de la pensée, entre des disciplines dont le statut est reconnu et d’autres qui restent marginales. Il s’agit là d’un des nœuds du féminisme contemporain sur lequel sont centrées nos recherches singulières et qui, à notre avis, pose des questions essentielles sur la vie du Centre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES                                                  Bâtiment B2 : rez-de-chaussée

Dans ce cadre et à partir de nos vécus, nous proposons une réflexion sur les cultures diasporiques que nous incarnons. Notre contribution naît d’une collaboration entre les pratiques artistiques et celles propres à l’anthropologie. Elle s’articulera donc sur plusieurs dimensions.

En premier lieu, il s’agira de poser des questions autour de la diaspora, d’interroger les significations diverses qu’on a attribué à cette notion depuis la fin des années soixante (Schnapper 2001). Au début utilisé spécifiquement dans les études historiques, maintenant ce concept est employé largement au sein des études de genre et queer. Il s’agira donc d’orienter la réflexion sur nos propres vécus d’étudiantes, de chercheuses, d’activistes, pour nous demander : comment chacune des personnes qui fréquentent le Centre fait-elle/il partie de situations diasporiques ? Et de quelles façons, éventuellement, cela influence-t-il nos postures dans la recherche ainsi que nos positionnements politiques ?

SAMSUNG CAMERA PICTURESBâtiment B2 : troisième étage vu d’en haut

Parmi les aspects divers que ces questions mettent en lumière, nous proposons de repenser les liens multiples et les contradictions entre le chez soi et les savoirs, c’est-à-dire entre la perte (partielle, totale, inconsciente, etc.) d’un chez soi et la nécessité de faire un savoir (savoir faire, savoir être) de cette expérience. Quelles sont les pratiques que nous utilisons pour vivre dans cette tension ?

L’œuvre artistique de María Magdalena Campos-Pons nous en a suggérée une. Dans l’exposition « Everything is separated by water »[1], elle a exposé des photographies composées par trois parties : à droite et à gauche deux personnages, parfois la même personne habillée différemment, parfois des femmes de générations différentes ; le sujet de la photo du milieu est la chose qui les connecte, ce qu’elles ont en commun. Nous nous sommes demandées si ce qui est au milieu pouvait représenter les liens, les connections, à la fois les traductions et l’intraduisible, les pertes, les manques, les tensions. Ce qu’il y a entre. Ou bien ce qui nous permet de survivre et d’apprendre à nous « situer » (Haraway).

Qu’est-ce qu’il y a/ Qui y-a-t-il entre nous mêmes et cette langue qu’il faut apprendre, le français?

Qu’est-ce qu’il y / Qui y-a-t-il a entre nous-mêmes, nos lieux d’origine et cette ville, Paris?

Qu’est-ce qu’il y a / Qui y-a-t-il entre nous mêmes et ce Savoir?

Qu’est-ce qu’il y a / Qui y-a-t-il entre nous mêmes et ce Féminisme?

Nous avons répondu que sans doute entre nous et tout ce reste, il y avait la mer et des îles[2]. L’image que cette réponse évoquait était liée à nos lieux d’origine, deux îles, la Sicile au Sud de l’Italie et l’ile de Lošinj, en Croatie. Et pourtant, en choisissant cela, on percevait le risque de confirmer justement l’imaginaire d’un ailleurs exotique et exotisant qu’on entendait démentir. De là découle l’idée de représenter des îles post-exotiques.

Nous imaginons les espaces du Centre d’Etudes féminines et d’Etudes de Genre parsemé  d’îles. Il s’agit de géocorps de traduction : des objets capables de nous traduire dans cet espace, de traduire à la fois nos positionnements actuels, nos premiers souvenirs et nos prochains projets. Les processus culturels, politiques et historiques qui traversent ces îles, les cadres nationaux dans lesquels elles sont inscrites, les transforment dans des lieux, pour nous, difficiles à vivre. Elles deviennent lourdes : des lieux à perdre où il est difficile de revenir, des lieux à décoloniser, toujours présents dans nos autoreprésentations ainsi que dans nos interprétations du réel.

A Paris il n’y a pas la mer, ce fluide commun qui touche toutes les côtes.

Il n’y a pas la mer, comme pour Antoni à Stockholm[3]. Mais nous travaillons, avec les matériaux, dans le même sens. Elle a assemblé des objets que des ami-e-s, des familiers et des proches lui ont offerts, pour former une corde de 78 mètres de long qui, en traversant l’espace d’exposition, une fois dehors, amarre un petit bateau dans le port[4].

Or, nos matériaux de départ sont des vêtements d’occasion pour femmes, certains appartenant à des amies ou à des proches et d’autres pris dans des brocantes, au prix d’un euro la pièce. Ces tissus sont pour nous pleins de rêves, d’odeurs, d’attentes et de silence : tous parcours anonymes que nous imaginons retenus dans la toile.  C’est pourquoi les îles seront réalisés aussi avec des tissus que les étudiantes en genre nous donneront. On les coudra ensemble. La couture : une sorte de technique héritée, qui a à voir avec l’histoire diasporique de ma grand-mère istrienne. Entre autres, féminisme signifie aussi faire en sorte que les énergies vitales soient transmises par les générations jusqu’à devenir capables de transformer les vies des inconnu-e-s.

Nous imaginons d’occuper l’espace de l’Université par des îles fantastiques, réalisées et cousues en toile, remplies d’ouate de rembourrage synthétique et envoyées par la poste[5]. Ces îles seront composées par des formes différentes qui traduisent nos souvenirs, la proximité et les mélanges dont chacune d’entre nous est porteuses. Les îles mesureront plusieurs mètres en long et pas plus de deux mètres en haut. Elles seront reliées par des sortes de cordons ombilicaux qui vont les parcourir comme des routes en connectant les unes aux autres. Les superficies des îles seront composées par plusieurs morceaux de corps humains réalisés avec des tissus de couleurs différentes. Nous proposons deux archipels, chacun formé par trois îles faites de vêtements d’occasion pour femmes et connectées entre elles ; nous imaginons un archipel situé au rez-de-chaussée du bâtiment B et l’autre accroché au plafond du même bâtiment. Au dessous des îles accroché au plafond, la phrase « chi perde trova » traduite en français et coupée en trois mots : qui perd trouve. Accrochés aux îles au rez-de-chaussée il y auront des feutres noirs afin que les étudiant-e-s puissent les marquer au passage.

Comment traduire la mer à Paris? A travers l’occupation de l’espace de l’université par des archipels en lutte, à travers la transformation en mou ou doux de tout ce que nous percevons comme dur et inconfortable ou violent. A travers, enfin, une ouverture du généalogique à d’autres histoires diasporiques.

SAMSUNG CAMERA PICTURES                                           Bâtiment B2 : troisième étage vu d’en bas

les îles postexotiques

Les îles postexotiques est un projet trans national-sexuel-linguistique-frontalier, né d’une collaboration anthropologique-artistique et d’une correspondance d’imaginaires et de rêves entre des îles. Il s’agit d’archipels en lutte, des lieux créatifs, humides et collectifs qui ont été imaginés en 2013 entre Vérone (Italie) et Valencia (Espagne).


[1] Maria Magdalena Campos-Pons, Everything is separeted by water/Tout est séparé par l’eau, rétrospective de 20 ans de créations de l’artiste, Indianapolis, 2006 (puis au Bass Museum in Miami et à Nashville en 2010).

[2] Gilles Deleuze, « L’île déserte et d’autres textes. Textes et entretiens 1953-1974 », Minuit (coll. Paradoxe), Paris, 2002, pp. 11-17.

[3] Janine Antoni, Moor, installation faite pour l’exposition « Free port » au Magasin 3 de Stockholm, Suède, 2001.

[4] Les deux artistes que nous venons de citer, Janine Antoni et María Magdalena Campos-Pons, proviennent de deux îles de l’espace des Caraïbes, Bahamas et Cuba.

[5] Le travail que nous allons réaliser s’inscrit dans le parcours artistique visible sur la page web http://lara-bia.tumblr.com, nous imaginons sa réalisation à travers l’utilise de deux pratiques artistiques spécifiques : la couture et l’art postal.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s